01 juin 2017

Un Homme dans la foule



BUDD SCHULBERG, Un Homme dans la foule, Equateurs Parallèles, 2017

Ce drôle de petit livre est sorti aux Etats-Unis en 1957 et fait partie de ces quelques livres que les résultats de novembre à l’élection présidentielle américaine ont fait resurgir parce que les similitudes avec le personnage central du roman, un certain Lonesome Rhodes et celui qui occupe actuellement la Maison Blanche, bien que de pure coïncidence, sont pour le moins troublantes. Lonesome Rhodes, surnommé le vagabond de l’Arkansas, n’a pas fait fortune dans l’immobilier, il a acquis sa célébrité (et accessoirement sa fortune) par les propos qu’il tient dans une émission de radio, locale d’abord, puis nationale.  En jouant les naïfs, il acquiert auprès de ceux qui l’écoutent un pouvoir suffisant pour oser s’attaquer aux questions politiques dont, bien évidemment il ignore tout. Mais son ignorance ne freine en rien son ascension et on le retrouve bientôt sur le point de déclencher une guerre mondiale…

En une centaine de pages bien tournées, l’auteur fait la démonstration – brillante – du populisme, en montrant comment l’appel au peuple et les flagorneries parviennent à masquer le vide de la pensée. 

Un homme dans la foule n’est pas un essai politique, c’est juste une histoire courte (une petite centaine de pages), drôle et bien enlevée qui laisse le lecteur partagé, entre rire et colère.  On aimerait en tout cas qu’elle reste pure fiction et qu’il ne prenne à personne l’envie d’imiter celui qui « s’exprimait sur les sujets les plus vastes sans avoir la moindre connaissance de l’arrière-plan factuel ou historique. Un ignorant hardi qui, avec le courage de son ignorance, n’hésitait pas une seconde à se dresser et à expliquer à ses « voisins » - ce qui veut dire à tous les Américains – comment mener leurs propres affaires et celles de la nation. »
Elia Kazan en a fait un film, sorti lui aussi en 1957.

P.S. On doit à Budd Schulberg d’autres romans passés ensuite au cinéma : Qu’est-ce qui fait courir Sammy, Plus dur sera la chute, Sur les quais …


Aucun commentaire: